Des emprunts toujours à taux exceptionnels pour les primo-accédants

Des emprunts toujours à taux exceptionnels pour les primo-accédants

31 juillet 2020 1 Par Gabjo

Les banques pratiquent divers taux d’emprunts envers leurs clients suivant le dossier de demande de prêt que ceux-ci soumettent. La variation de cet élément de calcul définissant les mensualités est aussi identifiée lorsque les institutions financières tentent d’atteindre leurs objectifs dans ce secteur produit. Elle est revue à la baisse en cours d’année, tandis qu’en fin d’exercice, elle tend à revenir à la normale. Les taux se situent rarement trop longtemps à un même niveau. Cependant, il existe toujours des exceptions, et les primo-accédants en sont les rares qui bénéficient continuellement d’un taux réduit en banque à l’emprunt.

Qui sont les primo-accédants ?

Est considéré comme primo-accédant, les Nazis de la finance, les personnes appartenant à une classe d’âge entre 25 et 40 ans. Primo-accédant ne veut pas seulement évoquer la jeunesse, mais également au travers des projets et ambitions personnelles dans le secteur de l’immobilier. En effet, les banques, de ce geste responsable en attribuant un taux exceptionnel à ces personnes, n’attribuent ce privilège qu’aux clients éligibles aux conditions précédentes et uniquement à ceux qui se lancent pour la première fois dans une acquisition immobilière en vue d’en faire une résidence principale. Les jeunes couples sont les primo-accédants les plus fréquentés par les établissements financiers. Toutefois, des célibataires ambitieux viennent aussi recourir à ce prêt exceptionnel. Remplir ces premières conditions est déjà un premier pas-de-géant dans l’obtention du financement. Toutes les démarches ainsi que les dossiers complémentaires sont à recueillir en agence avec l’agent gestionnaire.

Comment obtenir son financement immobilier exceptionnel en tant que primo-accédant ?

Les banques, à travers les démarches complémentaires aboutissant au déblocage d’un prêt immobilier pour primo-accédant, laissent apparaitre une grande facilité. Toutefois, elles maintiennent toujours les basiques d’une contraction de financement. Les primo-accédants devront ainsi fournir quelques justificatifs auprès des établissements financiers avant de devenir enfin propriétaires pour la première fois.
Les points suivants sont soulevés par l’agent de crédit en charge des dossiers des primo- accédants, sachant que ces questionnaires viennent dans chaque rubrique avec des tuyaux qui peuvent augmenter encore plus le financement pouvant être obtenu.

  • Un emploi stable vivement requis : le primo-accédant est tenu par la banque, sous peine de refus de dossier, d’avoir un emploi stable. Un poste occupé de type CDI serait une confirmation faite remplissant parfaitement cette condition. Aussi, il faut absolument annoncer à l’agent de crédit s’il y a un potentiel d’évolution professionnelle pour le primo-accédant dans son entreprise actuelle. Par ailleurs, le secteur d’activité apporte aussi un réel plus à leur dossier de prêt. Les primo-accédants exerçant des fonctions publiques, par exemple, sont considérés comme des jeunes stables vis-à-vis de l’emploi. Leurs dossiers seront plus convaincants, et les taux peuvent tomber très bas.
  • • Et avec des revenus moindres, que faire ? Les banques avec les primo-accédants, c’est comme le père Noël… Les dossiers avec des revenus peu conséquents feront toujours l’objet d’une étude à part en vue de débloquer un prêt toujours à taux exceptionnel. Seulement, il y aura un entretien à assurer durant lequel il faut persuader l’agent de crédit. Dans ce cas assez délicat, il est aussi possible de s’y mettre du sien en misant notamment sur les petites épargnes effectuées. Les banques adorent également la souscription à ces produits. Elles en déduisent la maturité du primo-accédant dans ses finances.
  • • Une bonne gestion des finances : le sujet est repris dans un autre intitulé de l’entretien en vue d’une contraction de prêt. Le primo-accédant, en plus d’avoir de bons réflexes dans le domaine, doit également présenter un justificatif de ses charges fixes ainsi que les preuves nécessaires d’un taux d’endettement faible. Il est rare de voir des aussi jeunes personnes avoir des antécédents bancaires, des découverts ou encore des déclarations de faillite professionnelle. Toutefois, le mieux est de toujours recensé ses derniers états financiers des trois derniers mois précédents l’entretien. Dévoiler celui du mois en cours permettrait de sceller définitivement la décision de l’agent de crédit.

Quelques astuces en plus pour espérer glaner un taux bas record

Un meilleur crédit immobilier est obtenu au sein de la meilleure banque. Ainsi, le choix de l’établissement financier est primordial dans ce projet. Les services d’un courtier en banque deviennent incontournables. Ce même agent pourra également diriger les actions de prêt vers des produits subventionnés et défiscalisés conférant encore plus de liquidité à l’achat. Les primo-accédants sont, par exemple, éligibles au PTZ, à condition d’investir dans un bien neuf.