Les pièges à éviter pour la location d’un local commercial

Les pièges à éviter pour la location d’un local commercial

21 mai 2022 0 Par Valentina

Un local commercial est un lieu dans lequel un entrepreneur ou un utilisateur exerce son activité. Il est alors judicieux de bien choisir son local commercial en fonction de plusieurs paramètres et en évitant certains pièges. Mais comment trouver une location de local commercial et quels sont les pièges à éviter ? Voici nos conseils.

Location d’un local commercial : rappel sur les critères de recherche

Trouver un local commercial à louer peut sembler difficile, et ça l’est dans la mesure où on s’éparpille dans la recherche du bien. Certes, lorsqu’on veut générer un maximum de profits et bénéficier d’une meilleure visibilité, il est important de connaître les critères essentiels dont :

  • L’emplacement.
  • La surface réelle du local.
  • Les caractéristiques du local incluant les variables annexes.
  • L’environnement du local.

Le choix du quartier et l’emplacement exact du local commercial sont deux critères importants lorsqu’on recherche un local. Ainsi, il faut éviter certains pièges en sachant bien scruter le bail avant la signature. Ainsi, pour éviter les risques, mieux vaut toujours faire une estimation loyer commercial.

En effet, le bail commercial est une mention importante. Il renferme toutes les modalités et les conditions de location du local. En scrutant minutieusement le bail commercial, on saura alors quels sont les pièges à éviter. Le bail doit contenir des conditions sur :

  • Le loyer du local.
  • La durée de location.
  • La répartition des charges ou bien des travaux.
  • Les clauses suspensives.
  • Etc.

Location d’un local commercial : vérifier les clauses du bail

Lorsqu’on souhaite louer un local commercial, il est important de bien vérifier les clauses du bail pour éviter les mauvaises surprises ou certains pièges. Il s’agit de :

  • Du type de location.
  • Le montant du loyer.
  • La durée de location.
  • Les charges locatives et les travaux.

Le type de location

Il faut savoir que le bail commercial ne signifie pas que le local en question est à destination des activités commerciales. Il faut donc vérifier la destination du local commercial, laquelle doit être mentionné dans le bail commercial. Plus la destination est large, plus cela avantagera le locataire.

Le montant du loyer

Pour le montant du loyer, le prix initial n’est pas réglementé et peut être négociable entre les deux parties. Il faut tenir compte des autres frais comme le droit d’entrée qui permettra certainement de négocier la réduction du loyer.

En tout cas, le loyer est fixé librement par le bailleur. On doit alors faire une estimation du loyer correspondant à la valeur du local. C’est en fonction du résultat que l’on saura quel montant négocier en présentant tous les arguments forts au propriétaire.

La durée du bail commercial

Là encore, il faut bien examiner la durée du contrat de location. En général, la durée minimum est de 9 ans. Concernant la révision du loyer, elle se fait tous les 3 ans. Il sera fixé au niveau de sa valeur locative, plus un plafonnement calculé selon l’indice Insee. De ce fait, si la durée prévue dépasse les 9 ans, il y aura déplafonnement lors du renouvellement. Pour prévenir une hausse abusive du loyer, mieux vaut donc opter pour la durée minimum de 9 ans.

La répartition des charges et des travaux

Concernant la répartition des charges et des travaux, elle doit être mentionnée dans le bail afin d’éviter les mauvaises interprétations. En effet, il existe des baux commerciaux qui imposent aux locataires la prise en charge de tous les frais notamment :

  • Les impôts.
  • Les taxes.
  • Les primes.

Alors que certaines charges devraient être assumées par le bailleur.

Ainsi, il est donc important de connaître les pièges autour des modalités et des clauses convenues dans le bail commercial. Le mieux est alors de prendre le temps de lire tout le contenu pour éviter les mauvaises surprises comme :

  • La révision du loyer.
  • La durée de location minimum.
  • La répartition des charges.

Il faut aussi tenir compte d’une éventuelle clause résolutoire notamment sur la possibilité d’une résiliation de contrat après 3 ans.