Faire attention au mauvais payeur

Faire attention au mauvais payeur

8 juillet 2022 0 Par Valentina

Le meilleur moyen d’anticiper la situation d’impayé dépend d’une bonne gestion de compte de ses clients et ses collaborateurs. Voici quelques conseils pour éviter cette situation délicate et les difficultés de trésorerie engendrées.

Les indices pour reconnaître un mauvais payeur

Pour éviter les impayés, une entreprise devrait toujours demander un acompte au moment d’entamer une prestation. Ce genre d’attitude financière est la meilleure technique pour reconnaitre un mauvais payeur et se protéger de leur action. Un mauvais payeur refuse de payer un acompte. Ce genre d’action permet de protéger l’intérêt de créancier surtout si le service représente un coût important et demande de nombreuses heures de travail. Si le client refuse dès le départ de régler une partie de la somme, alors il est évident que celui-ci est un mauvais payeur. Il faut essayer quand même  de comprendre les raisons de son refus sur un acompte. Si c’est à cause d’un manque de confiance ou d’une mauvaise expérience passée, on propose de signer un contrat pour le rassurer et surtout rendre officiel la prestation. Mais s’il est toujours réticent, il est évident que c’est un mauvais payeur.

Par ailleurs, le mauvais payeur refuse de signer un contrat. Il refuse catégoriquement de signer le contrat pour se protéger de ses mauvaises fois. On reconnait les actions des mauvais payeurs dans ce cas de figure. Il faut prendre en compte le comportement financier de ses clients pour éviter les problèmes.

Comment éviter d’être victime de mauvais payeur ?

On commence par se renseigner sur la solidité financière de ses clients en consultant les sites spécialisés ou les greffes des tribunaux de commerce.On intègre ensuite dans ses devis, bons de commande et de livraison et ses contrats les conditions générales de ventes.  Le détail de ses prestations et les modalités de paiement seront également mentionnés dans le contrat.  On demande impérativement à son client de les signer avant toute réalisation.

Par ailleurs, il est conseillé de demander le versement d’acomptes, à la signature du devis ou du bon de commande. Cela n’évitera pas les impayés, mais réduira l’impact sur votre trésorerie.

On mentionne souvent dans ses factures, la date convenue de règlement et les éventuelles pénalités de retard. Cela afin d’éviter tout malentendu.

Faut-il vérifier le délai de prescription avant d’entamer un processus de recouvrement ?

Il faut s’assurer qu’on n’a pas dépassé le délai de prescription pour exiger le recouvrement des impayés. Si on a contracté avec un consommateur et que sa facture remonte à plus de 2 ans, le délai de prescription est écoulé. On a donc le droit d’entamer le processus de recouvrement.

Si on a contracté avec un commerçant ou une société commerciale, le délai pour saisir le tribunal et obtenir un paiement est de 5 ans. On n’a pas le droit de commencer un recouvrement. Il est possible que sa facture soit assortie d’un délai plus court ou plus long. Il est donc conseillé de bien les relire ou d’obtenir de l’aide pour recouvrer ses factures impayées.